Lausanne - Zürich - Basel - Genève - Neuchâtel

Adidas Gazelle Story

Posted on: 04-11-15

GAZELLE STORY

C’est en 1968 que la Gazelle voit le jour. Contrairement à d’autres modèles, celui là n’avait pas de positionnement défini par Adidas, la Gazelle n’était pas une chaussure prédestinée à un sport particulier, même si elle en a toutes les qualités requises.

Pourquoi le nom de Gazelle ? Cet animal, petit et mince, rapide et gracieux, définit parfaitement cette basket aux yeux de la grande firme européenne.

Dès ses débuts, la Gazelle est déclinée en de nombreux coloris, ce qui l’a rendue populaire au début des années 80 auprès des supporters de football qui pouvaient assortir leurs baskets aux couleurs de leur équipe.

Comme pour la Superstar, c’est le mouvement Hip Hop qui ramena la Gazelle dans les rues de New York à la fin des années 80. Le breakdance pratiqué par le B-Boys ne se faisait pas en mocassins mais en baskets, principalement en Adidas avec les Superstar, les Campus et les Gazelle et avec Puma, en Puma States en daim. Nike était alors un follower et n’avait à cette époque que la Cortez à proposer aux b-boys américains.

Photo ci-dessous : 2 b-boys new yorkais avec de super looks des années 80, le début d’un des plus grands mouvement musical actuel puisqu’il dure et qu’il croît depuis plus de 30 ans.
Après 47 ans, la Gazelle reste une basket mythique, une icône.

GAZELLE STORY

The Gazelle was born in 1968. Adidas didn’do the Gazelle for a sport in particular, eventhough the Gazelle had all the requiered qualities of a sport sneaker. It’s the first step to the lifestyle sneakers.

Why the name of Gazelle ? This animal, small and thin, fast and graceful, defines perfectly this sneaker according to the big european firm.

The Gazelle is declined in a lot of colors. That made it popular in the early 80’s for the soccer fans who could match their sneakers with their team colors.

As for the Superstar, it’s the Hip Hop movement that brought back the Gazelle in the New York streets into the mid eighties. Breakdancing was not practiced wearing mocassins but wearing sneakers, mainly Adidas Superstar, Campus or Gazelle and Puma, Puma States in suede. Nike was still at this time a challenger and had nothing else to propose to B-boys than the Nike cortez.

Picture below: two B-Boys in New York in the eighties with a great look, wearing both their favorite sneakers, the beginning of one of the few biggest actual music movement, Hip Hop, still going on and growing after more than 30 years.

The Gazelle, after 47 years, remains a mythical sneaker, an icon.

Visit the blog »